Lot 365 – Autographes & Manuscrits

[TITANIC]

Lettre autographe signée From Lizzie [Elisabeth Nye] adressée à ses parents. R.M.S. Carpathia [Royal Mail Steamer Carpathia], 16 avril 1912. 3 pp. ½ in-folio. Quelques consolidations aux plis.

I expect you have been wondering whether youd ever hear from me again

you have seen by the papers the wreck of the Titanic

but after the most Terrible time of my life I am safe

Exceptionnel témoignage d’une rescapée du Titanic au lendemain du naufrage

Le navire britannique Carpathia avait quitté New York le 11 avril en direction de Gibraltar. Après avoir reçu un appel de détresse du Titanic, son capitaine, Arthur Rostron, donne l’ordre de dérouter et prend toutes les dispositions pour organiser le sauvetage. Le Carpathia sera le premier navire à rejoindre la zone du naufrage. Après des recherches de près de 4h, il recueillera les 706 seuls survivants de la catastrophe (13 canots de sauvetage). Sur le Carpathia, qui sera surnommé le navire des veuves, seules quatre épouses retrouvèrent leur mari. Le navire accostera à New York le 18 avril.

Elisabeth Nye, née Ramell (1882-1963) avait embarqué à Southampton le 10 avril, elle occupait la cabine F33 et fut évacuée sur le canot 11. Elle était la troisième de sept enfants et, veuve d’Edward Nye depuis moins d’un an, était retournée dans sa famille à Folkestone, sa ville natale. Embarquée pour rejoindre New York, elle avait initialement prévu de voyager sur le Philadelphia mais avait du modifier ses projets en raison d’une grève des mineurs.

Relation de première main sur les circonstances du naufrage, depuis la violence du choc initial jusqu’aux opérations de sauvetage : « My Dear Mother and Dad, I expect you have been wondering wether youd ever hear from me again, you have seen by the papers the wreck of the Titanic, but after the most Terrible time of my life, I am safe. My nerves are very shattered, I look and feel about ten years older but I’ll get over it after a time. You will like to hear the Truth of the wreck from me as the papers never tell the right news. We were all in bed on Sunday night about 11.30 when we felt an awful jerk and the boat grazed something along its side and the sea seemed to splash right over the Deck. The men in the ne[x]t cabin slipped on their coats and ran up to see what it was and came and told us the ship had run into an Iceberg nearly as large as herself most of the people went back to bed again but then came an order get up and put something warm on put on a lifebelt and come on deck so I got one underskirt on and a skirt and stockings and shoes and coat and ran up to find a lifebelt because there were only Three in our berth for four of us. A boy from the next room stole one of ours but he went down with it poor boy. We did not have time to go back to our cabins again to get anything and we did not dream it was serious. I thought I should get back to get more clothes on and get a few other things but we were put into the lifeboats and pushed off at once. They put all Ladies and children in first. I guess there were thirty or forty in our boat. It seemed to be the last one lowered with Women in it. When we got away from the ship we could understand the hurry and the order to get half a mile away as soos as possible for the Titanic was half in the water. We watched the portholes going under until half the ship the back half stuck up ; then the lights went out, and the boilers burst and blew up. There was a sickening roar like hundred of Lions and we heard no more but the moaning and shouting for help from the hundreds of men and a few women who went down with her. There were not enough boats for so many people. Twenty lifeboats were lowered and only fourteen picked up. Several men were on a raft that was thrown out and the their [sic] cries for help were so pitiful for so long. Only one fellow about twenty-one yearsold, is alive from the raft. He says the men were dropping off one after the other, and so were pushed off to make it lighter. This man was on it six hours and the saved. Just before the ship went down the captain « The same Captain Smith of the twin-ship Olimpic » jumped into the sea and picked up a little girl who was hanging to the ship and put her on the raft. They pulled him on too but he would not stay. He said « Good-bye boys. I must go with my ship ». He swam back through the icy water and died at his post. The little girl died too. How the few men worked on our little boat, and how they kept up, I don’t know. We were drifting all amonst the Icebergs for hours, and oh it was so cold. We had not enough clothes on. I had no blouse and others had no stockings or underclothes. The boat rocked so and made me seasick there were three or four young babies there without their mothers and how they screamed. We were all perished with cold drifting along looking for a Vessel of some kind and waiting for the dawn. We sighted a bright light soon and we all watched it so anxiously it came along closer and closer till we saw more lights on her and knew that help was at hand. The suspence was terrible. We were afraid they did not know of the Wreck or that they would not see our lights for most of the boats had no light only a lighted rope end. We had no drink or provisions The only thing in our favor was the clear starlight and a fairly smooth sea this boat of the Carpathia of the Cunard line was going from Halifax to Berlin she was the only ship near enough to catch the Wireless message for help from the Titanic and then the operator says he was just leaving and closing the door when he heard the clicking of the wireless so it was taken just in time for they never sent another message and it was an hour and a quarter after that before the first lifeboat got to this ship. Of course she stood still and waited for us all to come up. They were all in but two when we got in. We were in the little boat just five hours and a half before being rescued they lowered bags for the babies and pulled them up and we sat on a kind of swing and were drawn up by a rope to safety they have been most kind to us led us one by one to the dining room and us brandy I drank half a glass of brandy down and without water. We were all perished and it put life into us. The ship of course filled with its own passengers but they found places for us all to sleep but none of us slept well after going through such a nightmare. This ship stood right over the place were the Titanic went down and picked us up. Two small boats were picked up later they were floating. One had seaven seven dead bodies in it and the other just a dead boatman in it. They sewed them up in canvas here and weighted them and gave them a Christian burial at sea two small boats filled passengers capsized they all went down but two or three who clung to the upturned boat and were saved. We are told that the S.S. Baltic picked up about fifty men and the poor women here are hoping their Husbands are amongst the fifty it is supposed there are 160 more Widows through this Wreck and most of them have children it is so heartbreaking to see and hear them crying for their Husbands. We were all gathered together and our names taken for the newspapers of course they cannot tell how many are dead but we have on this ship only two hundred crew out of nine hundred and ten and five hundred passengers out of about two thousand I am amongst the fortunate for God has spared my life when I was so near death again I have lost everything I had on board the only thing I saved was my watch that Dad gave me eleven years ago but all my treasures and clothes and some money have gone down I only have the scanty clothes I stand up in including my big coat which as been such a blessing we expect to land Wednesday night or next morning I shall be so thankful for I feel so ill. on this boat the food is not so nice and we have to sleep in the bottom of the boat but still I thank God I’m alive I could tell you much more of the horrors of Sunday night but will write again later on land I cant bear to think of it all now. Will you let Auntie and Edie see this letter and tell my friends I’m safe you must have all been anxious. With fondest love to all… »

Traduction :

Ma chère mère et mon cher père,

Je suppose que vous vous êtes demandé si vous auriez encore de mes nouvelles en apprenant par les journaux le naufrage du Titanic, mais après avoir vécu l’expérience la plus terrible de mon existence, je suis saine et sauve. Mes nerfs ont été durement éprouvés, j’ai l’impression d’avoir vieilli de dix ans, mais avec le temps cela passera.

Vous préférerez entendre la vérité sur les circonstances du naufrage, les journaux ne donnant jamais des informations fiables. Nous étions tous au lit la nuit de dimanche vers 11h30 lorsque nous avons ressenti une terrible secousse, alors que le flanc du navire frôlait quelque chose et que la mer semblait inonder le pont. Les hommes de la cabine voisine enfilèrent leur manteau et se précipitèrent pour voir ce qui se passait et vinrent nous dire que le bateau avait heurté un iceberg de presque sa taille. La plupart des gens se remirent au lit mais c’est à ce moment que l’ordre fut donné de se lever, de s’équiper d’un vêtement chaud, d’une bouée de sauvetage et d’aller sur le pont. Alors j’ai pris un jupon, une jupe, des bas, des chaussures et un manteau et j’ai couru pour trouver une bouée de sauvetage, parce qu’il n’y en avait que trois dans notre couchette et nous étions quatre. Un garçon de la cabine voisine avait volé une des nôtres, mais il a finalement coulé avec, le pauvre. Nous n’avons pas eu le temps de retourner dans notre cabine pour prendre autre chose, nous n’imaginions à quel point cela pouvait être sérieux.

Je pensais pouvoir revenir pour mettre plus de vêtements et prendre d’autres affaires mais on nous a mis dans des canots de sauvetage et repoussés immédiatement.

Toutes les femmes et les enfants furent installés en premier, nous devions être trente ou quarante dans notre canot. Ce devait être le dernier à embarquer des femmes à son bord. Lorsque nous nous sommes éloignés du navire, nous avons compris l’urgence et reçu l’ordre de nous éloigner d’un demi-mile aussi vite que possible car la moitié du Titanic était déjà dans l’eau.

Nous avons observé les hublots qui sombraient jusqu’à ce que l’arrière du bateau soit immobilisé ; ensuite les lumières se sont éteintes, et les chaudières ont éclaté et explosé. Nous avons entendu un rugissement horrible, comparable à celui de centaines de lions et puis plus rien que les plaintes et les appels à l’aide des centaines d’hommes et des quelques femmes qui coulaient avec le navire. Il n’y avait pas assez de canots pour un si grand nombre. Vingt canots furent mis à la mer et seulement quatorze furent repêchés. Plusieurs hommes se trouvaient sur un radeau qui a été repoussé, on a entendu leurs cris pathétiques pendant si longtemps. Un seul de ses occupants âgé de 21 ans a survécu. Il nous a dit que les hommes étaient abandonnés les uns après les autres, poussés du radeau pour le rendre plus léger. Cet homme était resté dessus pendant six heures avant d’être secouru.

Juste avant que le bateau coule le Capitaine « Le même Capitaine Smith du bateau jumeau Olimpic » s’est jeté à la mer pour aller chercher une petite fille qui était accrochée au bateau et la mettre sur le radeau. Lui aussi a été hissé à bord mais il ne devait pas rester. Il dit « Adieu garçons. Je dois partir avec mon bateau ». Il est reparti à la nage dans l’eau glacée et est mort à son poste. La petite fille est morte aussi. J’ignore comment ont fait les quelques hommes à bord de notre canot pour le maintenir. Nous avons tous dérivé parmi les icebergs pendant des heures, et comme il faisait froid ! Nous n’avions pas assez de vêtements. Je n’avais pas de chemisier et d’autres n’avaient ni bas ni sous-vêtements. Le bateau tanguait et j’avais le mal de mer, trois jeunes bébés sur les quatre qui nous accompagnaient étaient séparés de leur mère et comme ils hurlaient ! Nous étions tous morts de froid, dérivant à la recherche d’un éventuel navire, dans l’attente de l’aube. Nous avons bientôt aperçu une lumière vive et l’avons regardée avec anxiété, elle s’est rapprochée jusqu’à ce que nous distinguions davantage de lumières et comprenions qu’une aide était à portée de main. Le suspense était terrible. Nous étions effrayés à l’idée qu’ils ne soient pas informés du naufrage ou qu’ils ne voient pas nos lumières car la plupart des canots n’étaient pas éclairés et avaient seulement une lumière au bout d’une corde. Nous n’avions ni boisson ni nourriture. Le seul élément favorable était la clarté des étoiles dans un ciel dégagé et une mer plutôt calme. Ce bateau, le Carpathia de Cunard line allait de Halifax à Berlin. Il était le seul bateau assez proche pour recevoir le message radio de détresse du Titanic et l’opérateur nous a appris plus tard qu’il s’apprêtait à partir et à fermer la porte lorsqu’il a entendu le déclic du seul et unique message radio et a pu l’enregistrer juste à temps. C’était une heure et quart avant qu’il ne trouve le premier canot. Bien sûr le navire est resté immobile et a attendu que nous montions tous à bord, il ne restait plus que deux personnes lorsque nous sommes montés. Nous sommes restés dans le petit bateau cinq heures et demi avant d’être secourus. Ils ont fait descendre des sacs pour les bébés et les ont remontés puis nous nous sommes assis sur des sortes de balançoires avant d’être hissés à bord à l’aide de cordes de sécurité. Ils ont été très gentils avec nous, nous ont conduits un par un dans la salle à manger et nous ont donné du cognac. J’ai bu un demi-verre de cognac et sans eau. Nous étions morts et cela a remis de la vie en nous. Bien sûr le bateau était déjà rempli de ses propres passagers, mais ils ont trouvé de la place pour dormir pour chacun de nous, mais aucun de nous n’a bien dormi après avoir traversé un tel cauchemar. Ce bateau était positionné à l’endroit exact où le Titanic avait sombré et où il nous avait repêchés. Deux petits bateaux qui flottaient ont été récupérés plus tard. L’un avait sept corps sans vie à son bord et l’autre un seul marin décédé. Ils les ont placés dans des toiles qui ont été cousues, les ont pesés et leur ont offert un enterrement chrétien en pleine mer. Deux petits bateaux remplis de passagers ont chaviré. Ils se sont tous noyés, sauf deux ou trois qui s’étaient accrochés à la coque et ont pu être sauvés. On nous a dit que que le S.S. Baltic avait recueilli une cinquantaine d’hommes et, ici, les pauvres femmes espèrent que leur mari sont parmi eux. On estime qu’il y a au moins 160 veuves suite au naufrage, et la plupart ont des enfants. Cela brise le cœur de les voir et les entendre pleurer leur mari. On nous a tous rassemblés et on a pris nos noms pour les journaux. Bien sûr ils ne peuvent pas dire combien sont morts, mais nous avons sur ce navire seulement deux cents membres d’équipage sur les neuf cent dix et cinq cents passagers sur environ deux mille. Je suis parmi les chanceux car Dieu m’a sauvé la vie alors que j’étais si proche de la mort. J’ai perdu tout ce que j’avais à bord, la seule chose que j’ai sauvée, c’est la montre que Papa m’a offerte il y a onze ans mais tous mes trésors, mes vêtements et de l’argent ont sombré. Je n’ai que le peu de vêtements que je portais à mon réveil, surtout mon gros manteau qui a été une vraie bénédiction. Nous espérons accoster dans la nuit de mercredi ou le matin suivant. Ce sera un tel soulagement car je me sens si mal. Ici la nourriture n’est pas très bonne et nous devons dormir au fond du bateau, mais je remercie Dieu d’être vivante. Je pourrais vous en dire bien plus sur les horreurs de la nuit de dimanche mais j’écrirai encore plus tard, lorsque je serai à terre. Je ne supporte pas de repenser à tout cela maintenant. Pourriez vous montrer cette lettre à ma tante et à Edie et dire à mes amis que je suis saine et sauve. Vous avez du être tellement inquiets.

À vous tous avec tout mon amour.

La ponctuation du texte initial, écrit d’une traite, à la hâte, a été rétablie pour en faciliter la lecture. Cette lettre a été reproduite dans le Folkestone Herald du 4 mai 1912.

25’000 – 30’000 EUR
Date de vente Tue 15 Oct 2019 at 14:00:00 (Europe/Zurich)
Prix réalisé bientôt publié